Avis sur la série « Nightrunner » de Lynn Flewelling, tomes 1, 2 et 3

17412_1114083

Quand le jeune Alec de Kerry est injustement emprisonné sans espoir de revoir un jour la lumière du jour, il ne s’attendait pas à y faire une rencontre qui allait chambouler toute son existence.

Mené par Seregil de Rhiminee dont il devient l’apprenti, Alec va se retrouver entrainer dans une série d’évènements aux implications sombres et profondes, aux services des énigmatiques veilleurs.

L’histoire suit la trame de fond de l’éternelle guerre entre les royaumes de Plénimar et Skala, où se retrouvent entraînés nos héros de façon réaliste, sans se positionner pour autant, en grands sauveurs de toute la nation. Ils obtiennent leurs lots de succès, parfois de cinglantes défaites et de grandes victoires en secret, chacune bien souvent dans la douleur.

On découvre avec délice un Seregil entouré de mystère, aux multiples facettes, embringuant dans son sillage le naïf Alec de Kerry dont l’esprit affuté ne tardera pas à s’épanouir de ce mode de vie singulier. On se laisse emporter par leurs facéties et on apprend à les connaître, tout comme Alec avec son fantasque et imprévisible compagnon, noble le jour, voleur la nuit. 

Là où Lynn Flewelling est magistrale, c’est sûr la profondeur des personnages. Tout au long de l’histoire, elle nous dévoile une pluie de détails aussi précis que touchants et le passé des personnages se révèle. Elle décortique avec élégance les débats intérieurs de chacun, attachants, passionnants, on partage leurs joies et leurs déconvenues avec des sentiments similaires.

Au fil de leurs péripéties, les protagonistes et leurs amis évoluent, surtout le jeune Alec, livrant aux lecteurs toute une palette d’actions et d’émotions qui rendent ses romans si vivants.

 Pour ceux qui s’ennuient rapidement, Nightrunner est fait pour vous. L’action y est omniprésente. Pas de longueur en descriptions qui s’éternisent, Alec, Seregil et les autres personnages se débattent dans une spirale de situations et d’interactions à vous donner le tournis. Au point de devoir vous accrocher fermement à la couverture et de vous laisser emporter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *