L’épée de vérité de Terry Goodkind

L'épée de vérité : la série de Terry Goodkind
L’épée de vérité : l’intégrale du chef d’œuvre de Terry Goodkind

 

 

 

 

 

 

 

 

L’épée de vérité guide le sourcier dans sa quête

 

Avant de mettre la main sur l’épée de vérité, Richard Cypher, est un humble garde forestier de la forêt de Hartland. Son destin bascule lorsqu’il sauve une inconnue des griffes d’assassins. Sa rencontre avec la belle Kahlan et la découverte de la véritable identité de son ami Zedd, va l’entrainer dans une quête à travers les contrées du Milieu. Un monde séparé des terres d’ouest de son enfance par une frontière magique, réputée infranchissable.

Choisi par l’épée de vérité, Richard va devenir le « sourcier ». Investi d’une terrifiante destinée, il va devoir s’opposer au tyran Darken Rahl et à ses sombres desseins pour régner sur le monde.

Avec Zedd le sorcier et Kahlan l’inquisitrice aux pouvoirs dévastateurs, il affronte un monde inconnu et apprend à faire face aux conséquences d’une magie omniprésente. Des hommes sans scrupules à la solde de la sanguinaire dynastie des Rahl sont à ses trousses. Mais il est bien loin de se douter des horreurs et des sacrifices que lui coûtera sa mission. 

 

Un classique de la fantasy

 

C’est l’histoire d’un homme simple, que rien ne prédestinait à un avenir héroïque. Entraîné dans une aventure épique pour sauver le monde, il va faire face à des créatures surnaturelles et découvrir des talents dont il ne soupçonnait pas l’existence. Ajoutez-y l’amour impossible, le sorcier loufoque, en sus d’un passé nébuleux et on obtient un joli paquet de clichés. Et pourtant. 

 

L’épée de vérité, un monde d’une richesse impressionnante

 

Le déjà-vu de l’histoire de base est amplement rattrapé par une richesse et une originalité des détails. Les personnages sont travaillés et attachants. Les nombreuses découvertes sur leur passé au fil des pages leur apportent de la profondeur et de la crédibilité.

Certes, on est parfois à la limite de la noyade, sous des litres et des litres de descriptions et il m’est arrivé plus d’une fois de boire la tasse en voulant zapper quelques lignes. Mais pour autant, on ne voudrait pas passer à côté d’une révélation.

 

Une intrigue bien ficelée, avec une touche de magie et bonne touche de tragédie

 

Parfois difficile à suivre, le fil de l’intrigue de l’épée de vérité est comme une lumière à laquelle on se fie dans le noir. On la suit encore et encore jusqu’à sortir à la lumière du jour.

En cela, Terry Goodkind est un peu un tacticien. Il nous guide dans un véritable labyrinthe, dont les pièces sont les différentes parties du récit, et les couloirs, les corrélations qui les relient entre elles. Plus on avance, plus on réalise l’impact de chacune sur les autres. Les rebondissements sont aussi surprenants que jouissifs et bien souvent tragiques.

Parce qu’il faut le savoir – et c’est pour moi le point fort de cette série – on vogue ici dans les eaux troubles d’un océan de drames. Meurtres, massacres et tortures sont le lot quotidien des contrées du milieu, avec un flot de détails croustillants et sanguinolents. Âmes sensibles s’abstenir.

Avec l’épée de vérité, on fait face à une aventure pas loin du terme interminable. Des tomes sont mieux que d’autres. Mais je peux vous assurer qu’à la fin de certains vous vous direz: « Nooooon ce n’est pas possible! Il me faut le suivant. » Et c’est du vécu! 

 

Les articles suivants devraient aussi vous intéresser :

 

Une réflexion au sujet de « L’épée de vérité de Terry Goodkind »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *